La main !

Je vais vous parler de cet outil primitif, primaire et pourtant à la pointe de la technologie qu’est la main.


La main et ses doigts, possède 21 muscles intrinsèques et est traversée par les tendons de 15 muscles extrinsèques. Elle possède de nombreux récepteurs, dont les mécanorécepteurs qui lui permet de ressentir le tact et les mouvements fins, mais aussi des récepteurs thermiques (sensibles au chaud et au froid) et des récepteurs à l’humidité qui donnent de nombreuses informations sur ce que nous pouvons toucher. Il existe de nombreux autres récepteurs liés au tact, de plus tous ces récepteurs sont présents dans le reste du corps, mais c’est bien au niveau de la main que l’on trouve la plus grande diversité de ces derniers. Lorsqu’on regarde l’Homonculus sensitif, qui est la représentation des capacités neurosensorielles (somesthésiques) de l’Homme organe par organe, on comprend l’importance de la main et sa supériorité technologique. Pour Aristote, « la main de l’homme est l’instrument des instruments », elle nous permet d’utiliser toutes sortes d’instruments, elle vous a permis de trouver cet article mais aussi de tenir le téléphone sur lequel vous lisez ce texte.


La main, principal outil de l’ostéopathe est indissociable du cerveau avec qui elle entretient une interdépendance, le cerveau contrôlant la main et la main informant le cerveau. Dans cette profession où l’on utilise uniquement nos mains, on développe alors notre dextérité mais surtout notre perception, nous permettant de ressentir des mouvements très fins et imperceptibles pour la majorité des personnes, nous faisant passer pour des illuminés parfois. Cependant, tout comme la coordination pour le vélo ou le piano, notre cerveau peut développer davantage ses capacités sensorielles et alors permettre de ressentir des pressions, chaleurs ou mouvements de manière beaucoup plus précise, c’est d’ailleurs le cas pour les personnes non voyantes qui développent leurs sensations tactiles davantage, je prends pour exemple mon grand-père Kakino De Paz, qui était non voyant et musicien, il jouait plus de 10 instruments dont le kanoun, un instrument très complexe, grâce à l’ouïe mais surtout grâce au tact, il a développé une perception accrue des stimulus sensorielles de ses mains lui permettant d’être meilleur que certains musiciens voyants, qui n’avaient pas développé cette capacité.


Il ne s’agit pas de pouvoirs surhumains, il s’agit tout simplement de la magie de l’être humain et cette capacité est pour tous, à portée de main.




10 vues

© 2020 by Jeffrey TIBI, Ostéopathe PARIS 19 - PARIS 15